Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Camille Seaman est une photographe nord-américaine. Elle parcourt le monde pour en capturer la beauté et la force. Déjà très connue pour sa série « The Last Iceberg », elle s’est lancée depuis 2008 dans la chasse aux orages.

Alors que les populations partent se réfugier lors d’un orage supercellulaire, la photographe, elle, s’arme de son appareil photo et s’approche au plus près du phénomène pour en révéler toute la puissance. Ses photo nous montrent la grandeur, la lumière et l’exceptionnalité de chaque orage.

Découvrez l’interview qu’elle a accepté de nous livrer :

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Comment vous est venu l’idée de photographier des orages ? Avez-vous toujours été chasseuse d’orages? 

Tout a commencé en 2008. Je venais de terminer mon projet de photographie dans les régions polaires, en Antarctique et en Arctique. Je passais l’aspirateur un matin et ma fille regardait un reportage à la télé sur les chasseurs d’orages, ces hommes qui foncent au coeur des orages supercellulaires. Je me suis arrêtée pour regarder ces images, absorbée. Ma fille s’est tournée vers moi et m’a dit tout naturellement qu’il fallait que j’y aille et mon mari était d’accord avec elle. J’ai alors commencé à contacter les chasseurs d’orages pour les accompagner, mais tous étaient déjà complets jusqu’à l’année suivante ! Je leur ai demandé de me contacter en cas de désistement et, dans l’heure, on m’a appelée pour me proposer une première chasse. Trois jours plus tard, j’étais partie, armée de mon appareil photo, pour l’une des aventures les plus folles de ma vie. Je n’étais pas formée, mais à la fin de la première chasse j’en redemandais encore. Le chasseur d’orages m’a tout simplement proposé un jour de devenir sa conductrice. Après seulement une semaine, j’étais devenue chasseuse d’orages.

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Comment s’organise une chasse aux orages? Avez-vous une idée de vos prochains projets photo? 

Chasser les orages, c’est avant tout faire beaucoup de route. Nous avons parcouru les Etats-Unis en long et en large. Le phénomène n’a pas lieu uniquement aux Etats-Unis, mais les structures et la sécurité permettent le mieux de chasser les orages. Il faut des heures de préparation. Mais lorsque l’orage commence, tout va extrêmement vite. C’est une montée d’adrénaline très forte. C’est une expérience complète, visuelle bien sûr, mais elle fait aussi appel au toucher, à l’ouïe et à l’odorat.

Je ne sais pas encore quels seront mes prochains projets. Lorsque j’ai un travail en tête, je m’y attarde sur une dizaine d’années, comme c’était le cas pour mes projets précédents. Il en sera de même pour « The Big Cloud ». Je suis donc encore loin d’un prochain sujet !

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Y-a-t-il un message que vous souhaitez transmettre à travers vos photos?

Mon père descend de la tribu amérindienne Shinnecock et il m’a élevée selon la tradition et la philosophie de celle-ci. Cette tribu est très attachée à la nature et pense que tout y est connecté. Aujourd’hui, je trouve que nous vivons dans l’isolement, nous nous détachons de la nature, nous l’utilisons selon nos besoins, sans penser aux conséquences. En prenant mes photos, je garde en tête la pensée de mes ancêtres. Je souhaite montrer au monde la beauté de notre planète, sa force, son énormité et surtout rappeler que nous ne pouvons pas la contrôler.  J’aimerais que le spectateur se sente re-connecté avec la nature.

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Quel équipement avez-vous utilisé? Combien de temps représente le post-traitement de chaque image?

Parmi les nombreux appareils photo dont je me sers, il y a le Fuji GX617  que j’apprécie. J’utilise également un Canon 5D et des objectifs 14mm, 24mm et 100-200mm si ce que je veux photographier est loin.

Je ne traite pas mes photos ! Je veux montrer le vrai visage de la Terre et pour cela, il ne faut surtout pas modifier ses couleurs, ses lumières ni ses courbes. C’est ma règle : pas de pré-réglages de l’appareil, pas de post-traitement !

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Vous aussi découvrez tous les trucs et astuces de la photo ! Tous nos prochains cours ici!

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

Photo : Camille Seaman

La photographe a décidé de ne pas poursuivre son projet pendant un an, afin de ne pas se lasser du phénomène. Elle repartira bientôt sur les routes pour nous ravir de ses magnifiques clichés !

Retrouvez toutes les photos et projets de Camille Seaman sur :

son site

Facebook

son compte Instagram

son compte Twitter.

Vous aussi découvrez tous les trucs et astuces de la photo ! Tous nos prochains cours ici!