Anciennement Directeur artistique du grand hebdomadaire allemand, le Stern magazine, Tom Jacobi est un photographe allemand expérimenté, qui a fait plusieurs fois le tour du monde. Vivant de sa passion, il multiplia les projets, des portraits aux paysages, en passant par des photos reportages.

Tom Jacobi nous présente sa magnifique série Grey Matters(s) dans laquelle des paysages exceptionnels provenant des 6 continents, se révèlent à nous dans une atmosphère travaillée et nuancée, qui inspire calme et sérénité. Une série grisée et grisante.

Découvrez les coulisses de la série avec Tom Jacobi dans notre interview exclusive.

Formerly Artistic Director of the great German and weekly magazine, Stern, Tom Jacobi is an experienced German photographer, who has made several trips around the world. He lives his passion and multiplied projects, from portraits to landscapes, through the photo reports.

Tom Jacobi presents us his magnificent series Grey Matters(s) in which exceptional landscapes from the 6 continents, are revealed to us in a tailored and nuanced atmosphere that inspires peace and serenity. A gray and exhilarating series.

Go behind the scenes of this series with Tom Jacobi in our exclusive interview.

Peaceful Mind par Tom Jacobi

Kirkjufell, Vesturland, Iceland – Peaceful Mind par Tom Jacobi

Peux-tu nous donner un synopsis de ta série Grey Matter(s)?
Can you give us a synopsis of this series called Grey Matter(s) ?

En février 2014, j’ai pris le bateau pour l’Antarctique. C’était un rêve qui devenait réalité.  J’ai vu et lu tellement de choses sur l’Antarctique… J’étais maintenant en chemin vers cette terre inhospitalière surnommée « le continent bleu-blanc ». Cependant, la réalité est un peu différente. Ce continent de glace est en effet « bleu-blanc » – comme la couleur des serviettes dans les caves à bière bavaroises – mais seulement lorsque le soleil a pris le dessus. La plupart du temps, la couverture nuageuse en métamorphose permanente offre à l’Antarctique toutes les nuances de gris possibles. Ce n’est pas triste pour autant, c’est juste beau. Aucune couleur n’était là pour crier et chercher l’attention : « Hey, toi là-bas, regardes-moi ! » Ce paysage grisé dégageait une incroyable énergie et une incroyable sérénité. Je ne faisais qu’un avec tout ce qui m’entourait. 

In February 2014, I travelled by ship to the Antarctic. It was a dream come true. I had seen and read so much about the Antarctic and was, at last, on my way to that inhospitable place so often referred to as the “blue-white continent”. Reality, however, proved rather different. That icy continent was indeed blue-white – the colour of serviettes in a Bavarian beer cellar – but only when the sun gained the upper hand. Most of the time, though, a permanently changing cloud cover ensured the Antarctic presented itself in all possible shades of grey. Yet it wasn’t at all dreary; it was simply beautiful. No colour was screaming for attention or calling out: “Hey, you over there, look at me!” That grey landscape radiated unbelievable energy and meditative calm. I was at one with everything around me.

Moeraki Boulders, Moeraki, New Zealand – All Year Round par Tom Jacobi

The Majestic (Antarctica 2014) - par Tom Jacobi

Antarctica – The Majestic par Tom Jacobi

Je me suis profondément intéressé à la couleur grise. Voir des couleurs n’est en fait qu’un petit miracle. Ce n’est rien de plus que de la lumière réfléchie, absorbée par les cônes de nos rétines, puis compilées individuellement, dans notre cerveau – notre matière grise, on pourrais dire.

I also delved deeply into the colour grey. Seeing colours is actually a minor miracle. They’re nothing more than reflected light absorbed by the cones of our retinas and then individually compiled in our brain – our grey matter, you might say.  

Wave Rock, Hyden, Western Australia – The Wave par Tom Jacobi

Utah, USA – Amphitheatre par Tom Jacobi

Et comme avec tout le reste dans la vie, c’est finalement le cerveau qui décide de la façon dont nous percevons la réalité. Ce n’est pas juste le fait que nous, humains, voyons les couleurs différemment. Les chats et les chiens, les oiseaux et les abeilles, même nos plus proches parents, les singes – toutes les autres créatures voient le monde dans des couleurs complètement différentes des nôtres. Donc, existent-ils vraiment des couleurs ? Ou bien est-ce que tout ce que nous considérons être coloré est finalement et tout simplement une illusion ?

And as with everything else in life, it’s ultimately the brain that decides how we perceive reality. It’s not just that we humans see colours differently. Dogs and cats, birds and bees, even our closest relatives, the apes – all other creatures see the world in completely different colours from us. So do colours really exist ? Or is everything we consider to be colourful simply an illusion?

Iceland – Drinking Elephant par Tom Jacobi

Kannesteinen Rock, Vågsøy, Norway – E.T. par Tom Jacobi

Pendant plus de deux ans, le travail qu’a nécessité ce livre nous a emmené, ma femme Katharina et moi, dans des terres très reculées. Nous avons découvert des paysages archaïques, façonnés par la nature durant des milliers d’années, qui nous semblaient intemporels, presque modernes. Quand ceux-ci glissent lentement dans l’obscurité de la nuit et émerge, à l’aube, du royaume des ombres, ils semblent être tirés de textes mystiques venus d’un autre monde. Aucun écrin de couleurs ne peut aider l’expérience de l’essentiel. L’énergie incolore de ces endroits est à couper le souffle, elle est une leçon d’humilité. Elle nous touche à cet endroit, là d’où nous venons : le crépuscule.

Over a period of two years the work on this book took my wife, Katharina, and me to some very remote corners of the earth. We discovered archaic landscapes which had been shaped by nature over thousands of years and yet are timeless, even modern. When they slowly slide into the darkness of night and re-emerge at dawn from the realm of shadows, those landscapes seem like mystical enactments from some other world. No cocoon of colour dulls the experience of the essential. The colourless energy of these places is breathtaking and humbling; and touches us at the point from which we come – the twilight.

Iceland – Diamonds par Tom Jacobi

Iceland – Ashes & Snow par Tom Jacobi

Tes photos apparaissent surréalistes, comment travailles-tu la lumière ?
Your photos appear surreal, how do you work the light ?

Je ne travaille pas la lumière, c’est la lumière qui me travaille 🙂 . Quoiqu’il en soit : la plupart des photos ont été prises très tôt le matin, à un certain moment avant le lever du soleil, ou tard le soir, après le coucher du soleil. J’ai également visité des endroits où il n’y a pratiquement pas de couleurs, en dehors de toutes les nuances de gris. Comme l’Islande.

I don’t work the light, the light works me 🙂  Anyway: most of the photos were taken very early in the morning, quite some tome before sunrise or late in the evening after the sun had set. I also visited locations where there practically are no colors existent apart from all shades of grey. Like Iceland.

New Mexico, USA – Shiprock par Tom Jacobi

Southern Australia – Married Rocks par Tom Jacobi

Comment as-tu choisi et découvert ces lieux si particuliers ?
How did you choose and discover these particular places ?

Pendant des jours, des nuits et des semaines entières, j’ai parcouru le web sur des sites que je n’imaginais pas pouvant exister un jour, même dans mes rêves les plus fous. Dieu merci, il y a vraiment des gens – tout un panel de géologues, photographes, randonneurs et blogueurs – qui partagent avec enthousiasme leurs connaissances des lieux où l’on peut trouver des vallées cachées de pierres blanches, des lacs salés balayés par le vent et des rochers branlants (et même vous donner la bonne piste GPS) . Voici comment est née la liste des endroits que je devais visiter de toute urgence.

For days, nights and weeks on end I roved around websites I’d never imagined existed, not even in my wildest dreams. Thank God there really are people – all a mixture of geologist, photographer, hiker and blogger – who excitedly share their knowledge of where to find hidden valleys of white rock, windswept salt lakes and tottering boulders (and even give you the relevant GPS track). Thus grew a list of places I urgently had to visit.

Arizona, USA – Lonely Tree par Tom Jacobi

Namibia – Distraction par Tom Jacobi

Quel matériel utilises-tu pour photographier ?
What gear do you use to shoot ?

Lorsque j’étais jeune, je photographiais avec un vieux Rolleiflex. Mon premier vrai appareil photo était un Nikon, je l’ai longtemps utilisé avant de le changer pour un Canon, lorsqu’ils sont sortis avec un nouveau concept radical dans les années 80. J’avais également un Linhof Technika grand format, un Mamiya 6×7 et un Mamiya 645. Tous ces appareils étaient des argentiques. J’ai vendu mon équipement complet quand je suis devenu directeur artistique au « Stern » magazine. Ces jours-ci, j’utilises un Pentax 645Z et un Sony Alpha 7R II.

When I was young I started with an old Rolleiflex. My first serious camera was a Nikon, I stayed with that brand for many years before I changed over to Canon when they came out with their radical new concept in the 80s. In addition I got myself a large format Linhof Technika, a Mamiya 6×7 and a Mamiya 645. All of these cameras were analogue. I sold my complete equipment when I became art director at « Stern » magazine. These days I use Pentax 645Z and Sony Alpha 7R II.

Totem Pole, Monument Valley, Arizona, USA – Skycreaper par Tom Jacobi

New Mexico, USA – The Wall par Tom Jacobi

Quel est votre meilleur souvenir de photographe ?
What is your best memory as a photographer?

L’excitation que me procure une photographie qui se révèle. Parfois le rendu est mieux, parfois il est moins bien que ce que vous croyiez photographier pendant que vous photographiez.  Cette excitation arrivait à l’époque lorsque je rentrais chez moi après un voyage et que je voyais les photos pour la toute première fois dans mon laboratoire, parfois des semaines après les avoir prises. Ces jours-ci, cela arrive plus tôt, habituellement quand je rentre à l’hôtel, lorsque je télécharge et vérifie les clichés. Et devinez ce qui est encore très excitant, même après toutes ces années de travail ? C’est lorsque je vois mes photos imprimées sur une double page. J’adore ce moment.

The excitement about the way a photograph turns out. Sometimes it’s better, sometimes it’s worse than you think while photographing it. In the old days that happened when I came home from a trip and saw the images for the very first time in the lab, sometimes weeks after I took them. These days it happens earlier, usually when I get back to the hotel, download and check the pictures. And guess what still is very exciting, even after all these years of work? When I see my photographs printed on a double page. I love that moment.

Oregon, USA – Thor’s Well par Tom Jacobi

Au regard de ton expérience, quel conseil donnerais-tu à un photographe amateur qui souhaite devenir professionnel ? 
In light of your experience, what advice would you give to a photographer who wants to become professional?

Devenir un photographe connu est le résultat d’une combinaison de 4 éléments : le talent, la discipline, la chance – et rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Tu peux agir sur certains de ces éléments et tu ne peux agir sur d’autres. Mais ne te méprends pas : si tu rate ou néglige l’un de ces éléments, connaître le succès devient très, très dur.

Being successful as a photographer is a mixture of 4 elements: Talent, Discipline, Luck – and meeting the right people at the right time. Some of these elements you can influence, others you can’t. But don’t fool yourself: if you miss or neglect anyone of these elements, it’s going to be very, very hard.

Iceland – Ice Cold par Tom Jacobi

Iceland – Castle Black par Tom Jacobi

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest

Scotland, UK – The Old Man of Storr

Iceland – Free as a Bird par Tom Jacobi

Tom Jacobi par Tom Jacobi

Retrouvez le travail de Tom Jacobi :

Sur son site perso,

Sur son compte Instagram,

Et sur son facebook !

Aussi, nous vous invitons à visiter l’exposition de sa série à Berlin le 16 avril prochain et acheter son très beau livre dans lequel ses photos sont imprimées sur une double page 😉

>>> Rejoignez-nous pour un cours créatif Photo de nuit, toutes les dates ici !

Découvrez tous les cours photo grainedephotographe.com