Youry Bilak est un photographe d’origine ukrainienne.

Inspiré par l’art flamant et d’autres toiles célèbres, il a rendu compte à sa façon du conflit russo-ukrainien dans sa série Projectio

Découvrez à travers notre interview l’histoire de ces photos inspirées de tableaux de maîtres

Photo : Youry Bilak, autoportrait de Van Gogh l'oreille coupée

Photo : Youry Bilak, autoportrait de Van Gogh l’oreille coupée

Photo : Youry Bilak, Claez nature morte

Photo : Youry Bilak, Claez nature morte

  • Pourriez-vous vous présenter, votre parcours…J’ai grandi dans une famille où mon père pratiquait la photo en amateur. Son sujet était exclusivement la famille. Il n’a jamais appris la photo mais avait, sans le rechercher, le sens du cadre. Il possédait un appareil photo sans objectif interchangeable sa focale fixe était autour des 50 mm. Avec ce type de focale, on peut aisément composer avec un avant et arrière plan et ceci il le faisait très bien.
    Pour ma part, je n’ai jamais appris la photo autrement que sur les essais. Je me nourrissais de mes échecs (je trouve que c’est une excellente école, pour autant que l’on a le sens de l’autocritique), des revues photo, des photographes que j’admire (surtout Edouard Boubat, que je considère comme un poète de l’image) et essentiellement de la peinture. J’aime beaucoup le sens étymologique du mot photographe (photo-lumière, graphe-écrire) celui qui écrit avec la lumière. On touche au divin, comme dans la peinture flamande que j’affectionne tout particulièrement. Mais j’ai du mal à me considérer comme photographe. Cela fait partie d’un ensemble. J’ai été (après avoir été prothésiste dentaire) danseur, mime, comédien, metteur en scène (à des époques différentes ou parallèlement) puis photographe. Finalement, ce qui m’intéresse avant tout dans la photo, c’est la rencontre avec une personne surtout lorsqu’elle évolue dans un univers qui n’est pas le mien. La photo passe au second plan.
Photo : Youry Bilak, Da Vinci La cène

Photo : Youry Bilak, Da Vinci La cène

  • D’où l’idée de cette série est-elle venue ?J’ai photographié au cours de plusieurs voyages la révolution du Maïdan (Kiev 2013-2014) et par prolongement de l’Histoire, le conflit russo-ukrainien du Donbass. Après la signature des accords de Minsk (février 2015), la presse internationale s’est brusquement détournée de ce conflit. Beaucoup pensaient cette guerre terminée, mais en réalité, sur le terrain, bon nombre de civils et militaires mouraient quotidiennement sous les bombardements des séparatistes pro-russes. Je cherchai une façon différente qu’un reportage classique en immersion pour traiter ce conflit. En avril 2015, à la fin d’une messe de Pacques, alors que je suivais sur la ligne de front un prêtre ukrainien qui se rendait de bataillons en bataillons, ce religieux et des soldats se sont assis à une table pour honorer le repas pascal, s’est offerte à mes yeux « La cène » de Léonard de Vinci. L’idée de la série Projectio était née. J’ai pris conscience de la force de cette image et me suis investi, lors de mes voyages suivant sur le front, à reproduire des tableaux de maîtres.
Photo : Youry Bilak, Delacroix la liberté guidant le peuple

Photo : Youry Bilak, Delacroix la liberté guidant le peuple

Photo : Youry Bilak, le petit prince

Photo : Youry Bilak, le petit prince

  • Y a-t-il un travail de mise en scène ?Pour cette première image, je n’ai été que témoin, j’ai simplement convié quelques soldats supplémentaires pour avoir 12 personnes dans mon cadre (le tableau original comporte 13 personnes, mais en Ukraine on ne représente pas Juda). Pour le reste de la série (24 images au total), afin de me rapprocher des tableaux, sculptures ou photos que j’avais en référence, j’ai bien sûr tout mis en scène. Ici, mon expérience en studio et de metteur en scène m’a beaucoup aidé, surtout dans les photos où il y a beaucoup de personnages.
Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo : Youry Bilak, Millet l'angelus

Photo : Youry Bilak, Millet l’angelus

Photo : Youry Bilak, Munch Le cri

Photo : Youry Bilak, Munch Le cri

  • N’est-ce pas trop dur de réaliser des photos « esthétiques » dans ces conditions ?Je tenais absolument à ce qu’elles soient créées non pas en studio, mais sur le front, et non pas avec des comédiens, mais avec de véritables soldats ou civils ukrainiens qui ont vécu la guerre. Je voulais une réelle profondeur.
    Ce qui m’a facilité la tâche, c’est que j’ai partagé le quotidien avec bon nombre de ces soldats, j’en connaissais beaucoup de mes voyages précédents et pour certains depuis le Maïdan (comme le soldat du Van Gogh à l’oreille coupée).
    Un commandant qui appréciait mon travail m’a beaucoup aidé pour diverses autorisations notamment pour obtenir un char pour l’image du petit prince.
    Certaines photos ont été faites sous les tirs. Je suis vraiment admiratif de ces hommes et femmes qui pour un grand nombre sont des volontaires qui ont tout laissé, femme, enfants, travail… pour partir à la guerre afin de protéger leurs proches et le pays de l’agresseur.
    Je savais que je créais des images esthétiques, que l’on ne voit pas dans une zone de conflit. Après en avoir parlé avec mes « modèles » ils m’ont conforté dans ce projet, et même encouragé me faisant prendre conscience de l’impact qu’elles pourraient avoir et le vecteur de communication qu’elles pourraient générer. Par ce biais, les images devenaient plus pérennes, car elles pouvaient être alors exposées dans des galeries et prendre place dans des livres d’art.
Photo : Youry Bilak, Rembrandt La méditation du philosophe

Photo : Youry Bilak, Rembrandt La méditation du philosophe

Photo : Youry Bilak, Rembrandt Leçon d'anatomie du dr Tulp

Photo : Youry Bilak, Rembrandt Leçon d’anatomie du dr Tulp

  • Avez-vous un message ou un conseil pour nos graines de photographes ?Le conseil que je pourrai donner, c’est de n’en suivre aucun. Trouver son propre style et quand on a une idée, tout faire pour la réaliser. Surtout si cette idée est folle. Ayez de beaux gros rêves et mettez les en image.
    Est-ce que Gustave Eiffel aurait réalisé sa tour s’il avait suivi le conseil de ceux qui lui disait que son projet était fou ?
Photo : Youry Bilak, Rembrandt St Mathieu et l'ange

Photo : Youry Bilak, Rembrandt St Mathieu et l’ange

portrait-youry_bilak

Photo : Youry Bilak

Retrouvez l’ensemble du travail de Youry Bilak sur son site

Et rejoignez nous pour un cours Studio mobile strobist ! Dates et inscriptions pour tous nous cours ici !

Découvrez tous les cours photo grainedephotographe.com