Né à Charleroi en 1979, Harry Fayt est un jeune photographe belge dont le travail se concentre principalement sur la recherche esthétique liée à la thématique de l’eau.

Comme pour beaucoup d’artistes passés et présents, c’est la figure féminine, quintessence de la beauté, qui l’influence et le guide dans son univers artistique. Il a choisi de la capturer dans l’eau, tout simplement.

Série après série, de nouveaux éléments sont intégrés et chaque séance inspire la prochaineLe spectateur est immédiatement conscient de la maîtrise technique et artistique que démontrent les photographies de l’artiste, avant même d’en saisir les intentions esthétiques.


Dans ses nus aquatiques, il recherche la beauté, la pureté d’un certain angélisme.
Il aime sublimer le corps féminin et le faire évoluer sans aucune pression extérieure, aucune résistance.

 

Photo Harry Fayt1

Photo : Harry Fayt (2015)

Comment avez-vous débuté la photo ?
J’ai su vers 14 ans que je voulais devenir photographe. Je suis entré dans une école de photo en Belgique à l’âge de 17 ans, j’ai ensuite fait de la photographie de concert pendant 5 ans et j’ai ouvert mon studio photo en 2005.

D’où vous est venue l’idée de prendre des photos sous l’eau ?
A l’époque, je réalisais beaucoup de photos de bébés et d’enfants. Mon amour pour l’eau m’a amené à faire des tests avec des bébés nageurs mais ça n’a pas tourné comme je l’ai souhaité et je me suis entraîné plus tard sur des copines, ce qui m’a amené où j’en suis maintenant.

 

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

photo harry fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

Comment choisissez-vous vos modèles ?
Tout dépend du projet, je ne cherche pas les mêmes types de modèles pour mes nus que pour mes portraits, je lance des petits castings et je sélectionne précisément qui j’ai besoin.

Où prenez-vous vos photos ?
Je travaille essentiellement avec les piscines publiques car j’ai besoin d’espace et de profondeur. Elles changent suivant l’importance du projet.

.

Photo Harry Fayt5

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)


Comment préparez-vous vos séries ?
Actuellement, pour mes nouvelles séries, je pars d’une peinture qui m’inspire que j’adapte aux milieux aquatiques.
J’essaie de rassembler les éléments essentiels puis j’y ajoute ma touche personnelle. Ensuite, je réfléchis au fond, à la lumière, parfois le projet peut être inspiré par le visage d’un modèle mais le schéma en général reste le même.

Avec quel matériel travaillez-vous ? Comment retouchez-vous vos photos ?
Alors, j’ai mon boitier réflex dans un caisson de plongée Nauticam, ce qui me permet de plonger en toute sécurité. Au niveau de l’éclairage, j’ai des flashs sur générateur puissant Broncolor et des flashs sous-marins qu’on utilise en plongée en mer. Parfois, j’ai un équipement de plongée qui me permet d’être plus précis pour des projets plus importants. En ce qui concerne la retouche, la première étape se passe dans Capture One où je retouche les couleurs, car dans l’eau le rouge disparaît très vite. Je règle les contrastes et les niveaux.
A ce moment, on a déjà une idée beaucoup plus précise du visuel final. Ensuite la phase photoshop, qui prend pas mal de temps. Je n’ajoute en général aucun élément, tout ce qui se trouve dans mes photos l’étaient au départ.
Je retouche essentiellement les bulles, les particules en suspension, les accessoires utilisés pour la photo, comme des poids, des flotteurs, des fils, des câbles… Cela peut prendre une journée complète et souvent j’y reviens plus tard car avec le recul on s’aperçoit toujours d’autres petits défauts.
.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

Quels artistes vous inspirent ?
Il y en a beaucoup ! J’aime les photographes qui recréé des univers grâce au matériel et à la lumière ; David Lachapelle, Tim Walker, Rancinant, Tim Richardson, Gregory Crewdson, Solve Sundsbo, Recuenco, Erwin Olaf
Sinon, je suis fasciné par le pop 
surréalisme avec les artistes comme Mark Ryden, Nicoletta Ceccoli, Ray Caesar.

J’aime ce paradoxe entre les images au couleurs joyeuses et le coté sombre, un peu comme la musique de Stromae. Joyeuse au premier abord, triste et inquiétante si on gratte un peu.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

harry fayt

Photo : Harry Fayt (2015)


Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

harry fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

harry fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

photo harry fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

photo harry fayt1

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Photo : Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

.

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo Harry Fayt

Photo : Harry Fayt (2015)

 

Photo : Harry Fayt (2015)

Photo : Harry Fayt (2015)

.
.

Retrouvez ses photos sur les réseaux sociauxFacebookInstagram et son site web

Les shootings d’Harry Fayt en vidéo :

 

.

Découvrez nos cours de retouche photo Découverte Lightroom ainsi que notre Masterclass Lightroom avec Gilles Théophile.

 

Découvrez tous les cours photo grainedephotographe.com