Sung Jin Park est né à Séoul. A 17 ans il déménage à New York pour suivre des études d’art et de photographie au Pratt Institute. Sa série Kid Nostalgia réunit exclusivement des portraits simples et sobres en noirs et blancs d’adolescents choisis directement par le photographe dans les rues de Séoul. Comme Rome, la série ne s’est pas construite en un jour, Sung Jin Park a travaillé durant neuf années sur ce projet.

Découvrez ci-dessous notre interview de Sung Jin Park sur sa série Kid Nostalgia !

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Quelle est l’idée derrière ces portraits ?

Au départ je n’avais pas d’idée précise, je ne suis pas quelqu’un de très méthodique. Un jour lorsque j’étais de visite à Séoul, j’en ai profité pour me promener et sur mon chemin j’ai croisé dans une allée sombre des jeunes qui séchaient les cours pour traîner et fumer. Ils avaient l’air si intéressants que je suis venu à leur rencontre pour faire quelques photos. C’est comme ça que la série Kid Nostalgia a débuté.

What was the idea behind these portraits ?

I did not have a clear idea at the beginning, I am not a homework kind of guy. Once I was visiting Seoul, I was just walking around the neighborhood and found these teens cutting school hanging around and smoking in the dark alley of the neighborhood. They just looked so interesting. I had approached them and asked for a couple of pictures. That was the beginning of Kid Nostalgia.

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Qu’est ce qu’il y a de spécial chez ces étudiants ? 

Ces jeunes sont tellement vivants. Ce ne sont ni des enfants, ni des adultes, ils sont encore dans cette phase d’entre deux qu’est l’adolescence. Pour moi ils sont vrais et représentent l’âme Rock and roll de la ville.

What makes those students special?

They looked so alive. They were in a state of adolescence ; they were not children, nor adult yet, they were in between. To me, they were the Rock and roll soul in town. There was no fake about them.

Pourquoi as-tu choisi d’appeler ta série Kid Nostalgia ? Es-tu toi même nostalgique de cette période de ta vie  ? 

J’ai quitté le pays à mes 17 ans, et 15 ans plus tard en rencontrant ces jeunes je me suis reconnu en eux, je me suis revu jeune avec mes amis de l’époque. Oui je me suis senti définitivement nostalgique. Et pourtant ce n’était pas les plus belles ou les plus faciles années de ma vie.

Why did you chose to name the series Kids Nostalgia ? Are you nostalgic about your childhood yourself ?

These were about these as much as about me. I left the country when I was 17, and I came back and met these kids 15 years later. I saw, in these kids, myself and my former friends. There were definitely nostalgic feeling about my childhood when I was looking at these kids. Although my teen years were not the happiest or easiest time of my life.

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Y-a t’il eu des changements dans ton travail pendant les 9 années de projet ? Qu’est ce qui t’a poussé à faire cette série aussi longtemps ? 

Il y a eu en effet quelques ajustements, notamment du point de vue technique et dans la réalisation. Je suis peut-être devenu meilleur dans la sélection de mes modèles. Le casting était la chose la plus difficile à faire. Je ne voulais prendre en photo que des enfants qui projetait quelque chose de spécial. Avec le temps je suis devenu meilleur avec les castings.

Je dois avouer que je suis feignant et que j’apprend lentement. Ça m’a pris du temps pour devenir meilleur. Au bout d’un moment le sujet a commencé à m’ennuyer, il était temps de passer à autre chose. J’ai donc arrêté la série en 2009. Mais le livre est sorti en 2014, ainsi que mon exposition. 

Were there any changes in your work over 9 years doing this project ? What pushed you to do this series so long ?

There were new try and shift in terms of technical approach and directing. I think I’ve got better at certain aspects such as casting. Casting was the most critical. I only shot certain kids that had something in them. Street casting was hard but I got smarter and better at it.

I am a slow learner and a lazy worker. It just took so long to get better at it. At a certain point, I started getting bored with the subject matter, it was time to move on. I stopped the series at 2009  but the book came out in 2014 and My ‘Kid Nostalgia’ solo exhibition was held in 2014 as well.

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

0401 008

0401 008

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

As-tu des conseils pour un photographe amateur ? 

Prend autant de photos que tu peux ! Continu d’en prendre, et regarde les, c’est très important. Il ne s’agit pas de comprendre. Regarder ses propres photos est vraiment important. Et si tu te poses des questions sur tes photos, tu as déjà fait la moitié du chemin. Pour ma part je n’ai pas trouvé les réponse à mes questions, je continue à essayer de comprendre ce que je fais, et pourquoi je le fais.

Do you have any advice for amateur photographers ?

“Take as many as pictures you can. Keep taking them and look at the pictures you took, it is really important. You don’t have to understand. Looking at your own picture is very important. If you find questions in the pictures, you are probably halfway there. I have not find the answers either. I am still trying to understand what I am doing and why I am doing it”.

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest
Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin

 

Photo : Park Sung Jin

Photo : Park Sung Jin – Portrait


Retrouvez toutes les photo de  Sung Jin Park sur son site ► Site Web

Suivez un cours Street Photography  ►  Voir les dates des cours

Découvrez tous les cours photo grainedephotographe.com