Thomy Keat est l’un des talentueux photographes de l’équipe grainedephotographe.com.  Ancien assistant du photographe portraitiste publicitaire Arnault Joubin, Thomy est passionné par la photo de rue.  La street photography permet à l’artiste-auteur d’exprimer son amour du graphisme, de la géométrie, des textures et des couleurs vives. Thomy nous offre une autre vision de sa ville Paris, et c’est tout naturellement que nous lui avons donné rendez-vous afin d’en savoir plus sur ses photographies et son goût pour l’image  en particulier.

 

Thomy Keat

Thomy Keat

Avec quels appareils photo réalises-tu tes prises de vues? 

Pour les portraits et les commandes clients, j’utilise un Canon 5D Mark II. Pour les photos de street, les loisirs, un Fuji X2. J’ai aussi un Ricoh GR, qui est très petit. Je fais encore un peu d’argentique, avec mon Mamiya 6, un télémétrique moyen format et un Hasselblad en 6×6.

Pourquoi le thème du voyage est-il aussi prédominant dans ta démarche photographique? 

Ce n’est pas en soit le thème du voyage qui est prédominant, ce sont plus des lieux que je peux visiter, au delà du fait d’y être allé pour travailler ou en voyage. Je ne montre pas des lieux-dits ou des endroits. Mes images montrent des ambiances, des balades photographiques et ma découverte des lieux avec ma vision, mon œil de photographe.

Thomy Keat, Marrakech 2013

Thomy Keat, Marrakech 2013

Tu adores photographier la rue, ses passants. Comment construis-tu ces photos ?

Quans il s’agit de portrait ou de photo de rue, je fonctionne de la même manière. Ma base est avant tout un fond. Je privilégie ce fond pour y intégrer des éléments, comme souvent les passants.

Pourquoi des gens dans mes photos ? Pour montrer la vie ainsi que notre époque. Dans 10 ans, les gens seront différents, nous n’aurons pas les mêmes vêtements, les mêmes voitures, les mêmes attitudes. C’est ce qui m’intéresse: le témoignage par la photographie.
Thomy un photographe humaniste en somme (ndlr).

Thomy Keat

Thomy Keat

Tu as fait justement fait référence aux fonds. J’ai remarqué que tu portais une attention particulière aux couleurs primaires vives à la manière d’u, nuancier Pantone (rouge, bleu, jaune). Pourquoi ces couleurs?

En fait, les couleurs ne sont pas si vives que ça mais elles ressortent. Je ne les sature jamais et je choisis beaucoup le moment, je vais rarement faire des photos de rues quand il fait gris par exemple. J’ai besoin d’avoir de la lumière pour faire ressortir des éléments par rapport à un ensemble.

J’ai commencé mes photos de rue en noir & blanc et j’ai longtemps trouvé la couleur très dure. Le fait de me mettre à la couleur m’a permis de m’exercer et d’apprendre à la maitriser.

Pour suivre un cours photo street-photography cliquez ici.

Thomy Keat

Thomy Keat

 

Quelle vision de Paris cherches-tu à transmettre avec tes photographies ?

Aucun message particulier à transmettre sur Paris. Paris est la ville du monde dans laquelle je vis. C‘est mon environnement, l’univers dans lequel j’évolue. Quand je photographie, je veux me mettre à la place du touriste qui arrive à Paris et qui porte un regard neuf et émerveillé sur cette belle ville.

J’aimerais garder une vision de Paris où je peux découvrir des endroits même si ce sont des lieux où j’ai l’habitude d’aller. Je n’ai pas envie de me lasser de ma propre ville.

Pour cela je continue à me rendre dans des endroits que je connais bien. Même si je les ai déjà photographiés plusieurs fois, j’aime continuer à redécouvrir des quartiers, des rues. Je n’ai pas envie de tomber dans la routine, j’aime m’émerveiller des endroits que je connais comme ma poche.

Thomy Keat

Thomy Keat

Quels sont tes endroits de prédilection à Paris ?

J’aime bien les quartiers Beaubourg, Beaugrenelle, toutes les avenues où je peux avoir le soleil dans l’axe. En fait, n’importe ou peut m’intéresser du moment que j’ai de la lumière et des gens !

Thomy Keat

Thomy Keat

Dans la composition de tes photographies, j’ai pu noter des lignes de force assez marquées, tu prêtes une attention particulière aux formes, aux compositions très graphiques. Que peux-tu en dire ?

J’ai toujours adoré la peinture. Plus jeune j’ai travaillé au Musée d’Orsay. Pendant les quelques années où j’étais dans le musée, j’ai déambuler dans les salles, même quand il n’y avait personne. Je me suis longuement attardé sur les tableaux. J’ai construit ma vision du graphisme et de l’espace en étant un grand amateur d’impressionnisme et de la section Renaissance au Louvre.

Pour moi, la base de la photo est la peinture. Je dis souvent à mes élèves qu’il n’y a pas que la photo, et leur conseille d’aller  dans les musées, pour la composition des tableaux notamment. Ce qui m’intéresse dans un tableau c’est l’image,  je vais la regarder, m’attarder sur les volumes. Les volumes m’intéressent parce que je construis mes photographies en blocs.

Pour ce qui est du graphisme, j’ai appris au fur et à mesure en faisant de la photo.  Je suis assez psychorigide ! J’aime ce qui est droit et j’ai du mal avec ce qui penche. Je suis moins dans la photo d’action et je vais essayer d’avoir tout qui soit droit d’abord. Si l’action se met dedans, très bien. Si je ne l’ai pas, je passerai à autre chose. Je porte beaucoup d’importance aux lignes et aux perspectives dans mon image.

Pour suivre un cours photo street-photography cliquez ici.

Thomy Keat

Thomy Keat

Quel rapport existe entre tes intérêts photographiques et les savoirs que tu transmets dans tes cours photo grainedephotographe.com ? 

Les cours photo me plaisent depuis longtemps. J’en donne depuis plusieurs années, au départ dans des Maisons Pour Tous et des Maisons de Quartier. Rien que pour le lien social que cela peut créer. Je viens de banlieue, et je trouve intéressant de voir que des gens qui n’ont pas forcément la possibilité d’être touchés par l’art puisse le pratiquer.

Pour donner les cours, j’aime bien la notion de vulgarisation, rendre simple ce qui parait compliqué. Je pars du principe que l’art est un moyen d’expression qui n’est pas réservé à un petit groupe de privilégiés.

J’ai entendu de la photo que c’est un art pauvre et accessible à tous. Ça l’est de moins en moins peut être. Donner des cours c’est intéressant comme démarche car on peut montrer qu’il est possible de faire autre chose et s’exprimer de manière personnelle par le biais de l’image. Les cours photos permettent à chacun de se dépasser et d’exprimer ses sentiments avec un appareil photo !

Thomy Keat

Thomy Keat

Quels conseils donnerais-tu à un jeune photographe? 

Faites ce que vous avez envie, et surtout allez y à fond, soyez curieux.

Il ne faut ne pas s’arrêter à des personnes qui critiquent gratuitement vos photos. En revanche, il faut bien écouter les conseils des autres, savoir être critique de ses propres photos et accepter la critique des autres lorsqu’elle est constructive.

Je dis souvent à mes élèves : « votre meilleur ami, c’est la poubelle ». La poubelle est très importante, elle permet de jeter ce qui ne va pas et de se remettre en question.  Je n’hésitais pas à mettre un coup de ciseaux sur mes négatifs quand je faisais de l’argentique et les jeter à la poubelle si nécessaire.

Il faut savoir se dire quelle photo est bien et quelle photo ne l’est pas. Etre curieux, ne pas rester centré sur sa photo et savoir l’expliquer.

Et surtout : prendre du plaisir !

Thomy Keat, Marrakech 2013

Thomy Keat, Marrakech 2013

Thomy Keat, Marrakech 2013

Thomy Keat, Marrakech 2013

Thomy Keat, Marrakech 2013

Thomy Keat, Marrakech 2013

 

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

 

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

Thomy Keat

 

Thomy Keat

Thomy Keat

 

Thomy Keat

Thomy Keat

En savoir plus sur Thomy Keat: 

Le site web du photographe Thomy keat

La page Facebook de Thomy

Book de Thomy Keat sur le site grainedephotographe.com 


Cours de Street Photography