« Les matériaux de l’urbanisme sont le soleil, les arbres, le ciel, l’acier, le ciment, dans cet ordre hiérarchique et indissolublement » – Le Corbusier.

« Shan-Shui » © Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly

Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly sont des photographes autodidactes indépendants qui vivent et travaillent à Paris.
Que ce soit sur le territoire Français ou à travers le monde, ils s’intéressent aux questions d’espace et d’urbanisme.
Leurs travaux, notamment sur l’urbanisation Sud-Coréenne, ont été sélectionnés et exposés pour plusieurs festivals (Itinéraire des Photographes Voyageurs, Festival de Pierrevert, short-listed in Quinzaine Photographique Nantaise).

 

« Shan-Shui » © Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly

Qu’est-ce que « Shan-Shui » ?

C’est un projet réalisé en collaboration avec un autre photographe, Raphael Bourelly, et nous nous sommes intéressés à la Chine centrale, qui est au cœur de nombreux défis, notamment liés à l’actualité du projet de « Nouvelle Route de la Soie » du gouvernement Chinois.
En quelques mots : dans la culture chinoise et depuis l’antiquité, la peinture traditionnelle « Shan Shui » perpétue l’hommage aux cours d’eau et aux montagnes. Mais aujourd’hui les régions du centre de la Chine, irriguées par le Fleuve Jaune et dans des zones escarpées, défient ces traditions. C’est ici qu’ont eu lieu les principales pollutions industrielles du fleuve, pourtant connu anciennement sous le nom de « Rivière Mère ». C’est également ici que le gouvernement a entrepris l’aplanissement de nombreuses montagnes pour faciliter le développement économique et urbain, dans le cadre de son projet de développement de l’ouest du pays…

« Shan-Shui » © Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly

Suivez-nous sur > Rejoignez nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Rejoignez-nous sur Google+ Suivez-nous sur Instagram Suivez-nous sur Pinterest

 

La Chine connaît depuis 30 ans une croissance économique débridée et rapide. Cette croissance a entraîné l’accélération du développement à la fois industriel et urbain du pays, au gré des stratégies gouvernementales. Aujourd’hui, celles-ci visent en particulier à développer l’Ouest du pays, mais ces zones d’activité émergentes engendrent de nouveaux défis : l’augmentation de la demande en eau, et l’urbanisation de nouveaux espaces, entre émergence de villes nouvelles et expansion de celles qui existaient déjà. Pourtant dans l’antiquité, l’observation de la nature a été élevée au rang d’art. “Shan Shui”, littéralement traduit par “Montagne – Eau” fait référence à une peinture qui rend hommage aux cours d’eau et aux montagnes, tout en figurant leur opposition entre l’impassibilité et le mouvement qui épouse le relief. Et dans la pensée taoïste – l’un des deux grands systèmes de pensée qui se sont développés en Chine – il est préconisé le retour dans les montagnes et les forêts, ainsi que l’idée de “non-intervention” sur la nature, en harmonie avec le Tao. Aller contre celui-ci, c’est aller contre les principes à l’origine de l’émergence du monde, et ainsi mener au chaos.

« Shan-Shui » © Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly

Bien loin de son statut sacré mythologique, la nature est désormais façonnée par l’Homme qui semble vouloir en prendre possession. Les montagnes, piliers du ciel,  disparaissent pour laisser la place au vide, puis au béton. L’eau, sang et souffle de la terre, symbole du temps et de la vie, devient ressource.

« Shan-Shui » © Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly

Les régions qui s’étendent entre Lanzhou et Shizuishan, où se développent une industrialisation et une urbanisation en pleine expansion, sont au cœur des enjeux gouvernementaux actuels. Irriguées par le seul Fleuve Jaune et dans des régions escarpées, elles concentrent également les défis qui se posent. C’est sur ce tronçon qu’au cours des dernières décennies ont eu lieu les principales pollutions de ce fleuve, pourtant connu dans l’antiquité sous le nom de “Rivière Mère”. C’est également dans ces régions que le gouvernement chinois a entrepris l’aplanissement de nombreuses montagnes pour faciliter le développement urbain et l’activité économique.

Ce travail photographique fédère au sein d’une série commune le regard de deux photographes sur ce même territoire. Il porte un regard sur cette région aux enjeux importants et témoigne de ce panorama dans ses contrastes mais aussi ses errances : sa nature parfois préservée, parfois en transformation, et entre ces zones, la ville qui s’étend, mue et change sans cesse.

« Shan-Shui » © Sebastien Tixier et Raphaël Bourelly

Ce projet s’inscrit donc dans l’actualité de la chine en termes de ses enjeux économico-industriels. Cette nature ici est « dénaturée » par les mains de l’homme qui façonne cette dernière à sa convenance.

L’Exposition se tiendra à la galerie « le 247 » à partir du 3 mai 2018 au 247 rue Marcadet dans le 18 e arrondissement de Paris.

Retrouvez l’ensemble du travail de ces artistes sur leurs sites respectifs : Sebastien Tixier(http://www.sebtix.com/), Raphaël Bourelly(http://www.raphaelbourelly.com/shan_shui.html).

Et rejoignez-nous pour un cours d’architecture urbaine pour apprendre à jouer avec les perspectives !

Dates et inscriptions pour tous nos cours ici !

Découvrez tous les cours photo grainedephotographe.com