Voyageur et géographe de formation, Aurélien Buttin expérimente la photographe en 2010 à l’issue d’un premier voyage en Europe. C’est avec un goût très prononcé pour la liberté et l’aventure qu’Aurélien allie l’exploration par la rencontre d’un pays et l’immersion avec sa population.

Ses photographies frôlent souvent l’intime par la relation de confiance que le photographe établit avec ses modèles. L’artiste qui, se faisant oublier, nous offre des portraits d’une grande sincérité. L’image trouve en elle-même sa raison d’être comme déconnectée du temps réel et de son contexte.

Un pêcheur sur son navire Aurélien Buttin
Photo : Aurélien Buttin / Un pêcheur sur son navire de pêche.

En janvier 2021, Aurélien Buttin se rend à Dunkerque pour une excursion de 12 heures en haute mer afin de documenter une activité qui attire toute son attention… le rude métier de marin pêcheur qui jusqu’à présent, reste assez méconnu.

En pleine mer, ce photographe français a pu découvrir les conditions pour le moins physiques et dangereuses des pêcheurs mais qui ne laissent pas de place à l’ennui. Durant cette excursion qui n’était pas de tout repos, Aurélien a pu découvrir la passion qui habite ses amoureux de la mer, dont le travail oscille entre périodes intensives à des horaires particulières et conditions parfois extrêmes.

Une profession qui n’est donc pas à la portée de tous, mais réservées à ceux qui apprécient les sensations fortes et le sentiment de liberté que procure la pêche sur un navire en haute mer.

Découvrez les coulisses de son voyage photo au large de Dunkerque, au travers d’une interview exclusive.

Le matériel des pêcheurs Aurélien Buttin
Photo : Aurélien Buttin / Les équipements des pêcheurs sur le bateau au large de la Mer du Nord.

Tout d’abord… Qu’est-ce qui te passionne dans la photographie ?

La photographie est avant tout un moment de vie en arrêt sur image, voilà ce qui me passionne, de figer un moment éphémère à jamais, comme si on enregistrait sa mémoire. Une image nous rappelle bien évidemment un moment très particulier, qui nous est propre. Mais elle raconte une histoire différente à chaque personne qui l’observe.

Il y a également la transformation de la photo, légèrement, que ce soit dans les couleurs, la lumière et les contrastes pour lui donner vie. Pour lui donner un aspect joyeux, sombre, mélancolique. Pour lui rendre le ressenti que ce moment capturé m’a donné.

Un pêcheur tirant le filet.
Photo : Aurélien Buttin / Un pêcheur tirant son filet de pêche au lever du soleil.
Un pêcheur et ses filets
Photo : Aurélien Buttin / Un marin-pêcheur et ses filets de pêche.

Qu’est-ce qui t’a amené à ce projet d’excursion en bateau de pêcheur ?

Je voulais découvrir ce métier qui me paraissait dingue (et qui l’est !). Partir à l’aventure en pleine mer sur un petit bateau avec des gars qui en ont dans la bouteille. On achète son poisson, mais on entend jamais parler des gens qui les amènent sur notre étalage, au marché ou dans les grandes surfaces. Donc je dirais que ce qui m’a amené à ce projet c’est la curiosité. L’aventure aussi, et pour rendre hommage à ce métier dont on parle que trop peu.

Un pêcheur manipulant le filet.
Photo : Aurélien Buttin / Un pêcheur manipulant son filet de pêche.
Le mécanisme de pêche au filet.
Photo : Aurélien Buttin / Le support métallique pour faire coulisser le filet de pêche.
Le stock des filets
Photo : Aurélien Buttin / Les filets de pêche entassés dans le bateau.

Pourquoi as-tu appelé cette série « le 5ème élément » ?

Alors bien qu’il puisse y avoir un amalgame avec le film de Luc Besson, et j’en suis bien conscient, j’ai appelé cette série comme ça car c’est le nom du bateau. Tout simplement. 

Une étoile de mer Aurélien Buttin
Photo : Aurélien Buttin / Une étoile de mer capturée dans la Mer du Nord

Cette excursion de 12 heures en bateau a dû être une expérience intense. Comment s’est-elle déroulée ?

Le départ était à deux heures du matin. Je ne suis pas un couche tôt donc, après avoir dormi une heure, je me suis rendu à pied sur le port de Boulogne-sur-Mer, dans un froid glacial. J’y ai retrouvé ces marins que je n’avais jamais vu. Je ne leur avais même jamais parlé puisque c’est un intermédiaire qui s’est occupé de la rencontre. Arrivant à m’adapter à toutes sortes de situations, l’entente à très vite pris place.

Le tableau de bord du bateau Aurélien Buttin
Photo : Photo : Aurélien Buttin / Le tableau de bord du bateau.

La mer était très agitée. J’allai vomir par-dessus bord entre chaque photo. Les gars me disaient que ça irait mieux une fois le jour levé, car je verrai l’horizon. Le jour se levait dans cinq heures. Nous étions dans la Mer du nord quand le jour s’est levé et les vagues comme mon estomac se sont un peu apaisées. J’ai donc pu continuer plus tranquillement mon reportage.

Qu’as-tu retenu de cette expérience ? Qu’as-tu voulu transmettre comme message / ressenti à travers cette série de photos ?

Ce que j’ai retenu comme expérience c’est que je ne serais jamais pêcheur. En revanche, je comprends mieux maintenant cet attrait des hommes pour la mer, et ce depuis toujours. C’est quelque chose qui prend aux tripes. Le fait de se retrouver à des centaines, voire des milliers de kilomètres de chez soi, au beau milieu de la mer, c’est un aspect de l’aventure qui est indescriptible. C’est même apaisant par moment. Depuis je suis toujours très heureux quand je pars sur un petit bateau. Je ressens ces mêmes sensations

La pêche à l'aube Aurélien Buttin
Photo : Aurélien Buttin / Le bateau de pêcheur en haute mer à l’aube.

Le message que j’ai voulu faire passer est qu’il y a des hommes courageux, qui en chient pendant douze heures dans une situation improbable, que nous voyons que dans les films ou imaginons du siècle dernier, pour que nous puissions avoir du poisson dans nos assiettes.


Aurélien Buttin
Photo : Aurélien Buttin / Le photographe qui campe dans la nature à proximité d’un renard en liberté

Aurélien Buttin : SiteInstagram

À LIRE AUSSI :