Selon le très sérieux National Geographic, 5000 milliards de morceaux de plastique flottent actuellement dans nos océans. Un chiffre considérable, que Mandy Barker a décidé d’illustrer en photographie afin d’éveiller les consciences sur la pollution marine.

En effet, pour sa série SHELF-LIFE, la photographe britannique s’est rendu sur l’ile Henderson. Elle y a récupéré plus de six tonnes de plastique échoué, et les a mises en scène dans ses photos par la suite. En illustrant la pollution marine dans un univers esthétique et coloré, elle compte bien attirer l’attention du plus grand nombre sur cette cause fondamentale.

Contemplez sa série virevoltante et engagée à travers notre interview :

plastique tortue ile henderson shelf life mandy barker
Barcode – 4902505085680 (Asia, Europe, N.America, S. America, Africa) – © Mandy Barker
  • Pouvez-vous vous présenter ? Comment avez-vous commencé la photographie ?

Je m’appelle Mandy Barker et je suis photographe. Au cours des dix dernières années, mon travail sur les débris plastiques marins a été reconnu dans le monde entier. En travaillant avec des scientifiques, je vise à sensibiliser le public à la pollution des océans par le plastique, en mettant en évidence ses effets néfastes sur la vie marine et sur nous-mêmes, et en incitant le spectateur à agir. Mes travaux ont été publiés dans plus de 40 pays différents, dont le National Geographic Magazine, TIME, The Explorers Journal et The New Scientist. Je participe à des expéditions dans le monde entier aux côtés de scientifiques pour représenter visuellement leurs dernières recherches sur la question du plastique.

plastic containers henderson island mandy barker shelf life
Barcode – 9556135 421506 (Malaysia) – © Mandy Barker

J’ai d’abord été une photographe amatrice assidue dès lors que, vers mes 13 ans, mon père m’a donné son vieil appareil photo. J’ai étudié l’art et je suis ensuite devenu graphiste. Ce n’est que plus tard que j’ai décidé que je voulais essayer de faire de la photographie plus sérieusement. Je me suis aperçu qu’elle pouvait être une forme de communication puissante qui pouvait éduquer, informer et sensibiliser. L’histoire que je voulais raconter portait sur la surconsommation de plastique entrant dans la mer, et les conséquences néfastes.

plastic bags shelf life mandy barker henderson island
Barcode – 417522 000318 (New Zealand) – © Mandy Barker
  • Comment vous est venue l’idée de produire une série sur le thème de la pollution plastique ?

J’ai grandi à Hull, sur la côte est du Royaume-Uni. Enfant, j’y ai passé beaucoup de temps à marcher sur les plages, à ramasser des objets naturels tels que des pierres et du bois flotté. Au fil du temps, j’ai commencé à remarquer de plus en plus de déchets produits par l’homme, en particulier du plastique qui s’échouait sur le rivage d’une réserve naturelle locale où vivaient des cerfs, des phoques et des oiseaux rares. Cela m’a tellement dérangé que j’ai voulu faire savoir aux autres ce qui se passait.

La série SHELF-LIFE sensibilise à la pollution marine par les plastiques échoués sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO de l’île inhabitée d’Henderson, isolée au milieu du Pacifique Sud, et à plus de 5 000 km de la masse terrestre la plus proche. Plus de 45 grandes marques reconnues et provenant de plus de 25 pays différents ont été récupérées dans ce lieu unique, qui abrite de nombreuses espèces endémiques et l’un des deux seuls atolls coralliens surélevés au monde.

henderson island orange plastic rope shelf life mandy barker
Barcode – 047665 950418 (Britain) – © Mandy Barker
  • Vous arrivez à rendre esthétique quelque chose qui ne l’est pas. Comment avez-vous fait pour réaliser cette série ?

Mon intention est de créer une image visuellement attrayante, de pouvoir attirer le spectateur vers l’image et de le choquer ensuite avec les faits de ce qui est représenté. Au départ, lorsque j’ai photographié du plastique tel qu’il a été trouvé sur le rivage, les images n’ont pas retenu l’attention ou n’ont pas laissé d’impact durable. Je me suis rendu compte qu’en créant une esthétique visuellement attrayante, j’attirais les gens.

Cette approche est née du message que je voulais faire passer, qui est de représenter la pollution marine issue de l’accumulation des déchets. Au départ, j’ai expérimenté avec un appareil photo et un film grand format, en suspendant du plastique à des lignes de pêche récupérées, et en le faisant flotter sur l’eau. Ensuite, j’ai utilisé des tailles variables de plastique placé sur un fond noir, et cela a créé cette sensation de profondeur et d’infini.

plastic products henderson island shelf life mandy barker
Barcode – 50P 300015 (USA) – © Mandy Barker
  • SHELF-LIFE est très colorée et semble presque « hors du temps », qu’est ce qui vous a inspiré cet univers ?

Les images de cette série sont inspirées par les incroyables récifs coralliens et l’océan bleu qui entourent Henderson. Le « corail » est représenté par les objets en plastique récupérés sur le rivage qui menacent son existence même. Chaque image est intitulée avec un code-barres – trouvé sur les objets récupérés, pour souligner la vie du plastique qui a voyagé de banc de sable en banc de sable.

fishing net henderson island mandy barker shelf life
Barcode – 490250 5085680 (Japan) – © Mandy Barker
  • Comment décririez-vous l’esthétique qui compose votre travail ?

Mon travail commence d’abord par la collecte d’informations dans des revues de recherche ou en assistant à des conférences internationales. Cependant, travailler directement avec des experts scientifiques qui étudient le problème est pour moi un aspect essentiel du processus de recherche. Cela inspire mon travail, qu’il s’agisse d’une espèce ou d’une zone particulière qui est touchée, d’un type de plastique ou d’objet qui a un effet néfaste sur la biodiversité. Je développe mon processus de réflexion à travers des carnets de croquis, qui permettent à mes idées de se rassembler. Si je suis choqué par quelque chose que j’ai lu, il y a de fortes chances que d’autres le soient aussi, ce qui peut être à la base d’une idée. La préparation en termes de connexion avec les autres, de recherche et de collecte, l’emporte largement sur le temps passé sur l’image finale.

plastic dice henderson island shelf life mandy barker
Barcode – 4710380 010068 (Taiwan) – © Mandy Barker

Mon travail représente visuellement la question tout en étant fidèle aux faits, et il sensibilise les gens qui n’auraient peut-être pas l’occasion de lire de tels articles ou de visiter les zones touchées, comme le milieu du Pacifique Nord. De cette manière, je contribue à donner une voix visuelle à la science tout en établissant, je l’espère, un lien avec la conscience sociale du spectateur.

  • Quels conseils donneriez-vous à un débutant en photographie ?

Choisissez un sujet qui vous tient à cœur ! Si vous êtes ému par quelque chose, il y a de fortes chances qu’il en soit de même pour d’autres. Croyez en ce que vous faites : parfois il n’est pas facile de continuer, mais si vous avez des doutes, parlez aux professionnels, à vos amis et à votre famille, aux personnes qui peuvent vous encourager à continuer.
Essayez de faire voir votre travail, il n’est pas bon de le garder dans un dossier dans un tiroir. Je crois qu’il n’y a aucun endroit trop petit ou insignifiant pour montrer votre travail, parce que vous ne savez jamais qui pourrait le découvrir. Tout ce que j’ai fait, petit ou grand, ou en ligne, a toujours débouché sur autre chose, et une opportunité mène à la suivante. Travaillez dur.

plastic toy soldiers shelf life mandy barker
Barcode – 8992222 060349 (Indonesia) – © Mandy Barker
Mandy Barker Shelf Life Microplastic fibres Henderson island
Barcode – 687666 052789 (Thailand) – © Mandy Barker
plastic Products brand henderson island mandy barker shelf life
Barcode – 6920459 958674 (China) – © Mandy Barker
portrait monochrome mandy barker knut koivisto
© Knut Koivisto – Portrait of Mandy Barker

Mandy Barker : SiteInstagram Facebook