En l’honneur de sa première Grainedephoto Academy qu’il animera, qui débutera en septembre 2020 ; Romain Ruiz photographe indépendant au sein de Graine de photographe, nous fait part de sa passion pour la photo et de ses conseils pour toutes personnes qui souhaitent commencer la photographie.

La Grainedephoto Academy est une formation longue pour apprendre les bases de la photo à Paris, avec une exposition des photos des élèves à la clé.  Vous êtes photographe amateur, débutant ou intermédiaire ? Cette formation de 6 mois s’adresse à vous !

C’est avec un immense plaisir que nous organisons ce stage avec Romain Ruiz, un photographe tout terrain qui sait s’adapter à tous niveaux d’apprentissage. 

Apprenez en plus sur Romain Ruiz et son travail : 

Romain Ruiz Asie

© Romain Ruiz

  • Peux tu te présenter en quelques lignes ? 

Je suis un street photographer basé à Paris. J’aime capturer l’exubérance et l’extravagance des rues et des Hommes. Je m’apparente plus à un style de photographie vernaculaire, c’est à dire dont le sujet est la simplicité de la vie de tous les jours. En parallèle de cette activité, je suis photographe publicitaire. J’opère de manière plus générale pour tous types de contenus institutionnels liés à la communication et le marketing d’entreprises de tailles et d’expertises très variées (portraits, reportages évènementiels …). Je suis également spécialisé dans la photographie culinaire et collabore avec de nombreux restaurants en France et en Europe. 

  • Qu’est ce qui te passionne vraiment dans la photographie ? 

Pouvoir être un témoin unique d’un lieu et d’une époque. Le document, le « témoignage » alors crée ne correspond qu’à un regard et une perception très spécifique de voir et concevoir le monde : « Tu shoot et au lieu de faire un mort tu fais un immortel »  – Chris Marker 

  • Penses tu qu’il y ait  une spécificité dans ta manière de travailler qui te démarque des autres photographes ?

Je pense que ma constante recherche de situations cocasses, extravagantes et absurdes le tout exacerbé par la dureté d’une lumière très vive me donne une « écriture » assez reconnaissable