Rien que pour vous, nous vous donnons un Extrait du livre « Les secrets de la photo lifestyle » de Baptiste Dulac, publié aux éditions Eyrolles.


En photographie de portrait, « appuyer au bon moment », certes, c’est important, mais ce n’est pas suffisant. Appuyer au bon moment lorsqu’il s’agit de saisir des émotions est loin d’être si évident, car non seulement les émotions sont imprévisibles, mais on ne sait pas non plus à quel instant, elles seront le plus « photogéniques ». 

Portrait Baptiste Dulac
L’émotion est très palpable. Le sourire, les plis du nez et la forme des yeux ne trompent pas : Jessica vit une belle émotion. Et j’aime à croire que cette émotion est contagieuse, qu’en regardant cette image vous allez ressentir ne serait-ce qu’un peu de son bonheur. 35 mm, f/1,4, 1/250 s, 125 ISO. © Baptiste Dulac

Mais la plus grosse difficulté en portrait lifestyle ne se trouve pas ici. Pour capter des émotions, il va falloir que vos modèles se sentent suffisamment en confiance pour se laisser aller à vivre pleinement l’instant présent, qu’ils se sentent suffisamment en confiance pour oublier votre regard sur eux, leur peur d’être jugés (« je ne suis pas photogénique ») et s’autorisent à montrer leurs sentiments, et pour le dire plus franchement à se lâcher ! Car oui, il va falloir qu’ils laissent libre cours à leurs émotions. S’ils sont timides et réservés dans la vie, la séance va leur demander un petit travail sur eux-mêmes, et il va falloir les aider. Et croyez-moi, dans tous les cas, ce n’est pas une mince affaire !

L’émotion :

La base du lifestyle, c’est la confiance ; pour l’émotion, c’est également vrai. La confiance est le socle sur lequel vous allez pouvoir bâtir votre séance photo, une confiance suffisamment grande pour que vos modèles se sentent à l’aise avec vous jusqu’à vous oublier petit à petit, vivre leur vie et libérer leurs émotions comme si vous n’étiez pas là.

Portrait Baptise Dulac
Marie est une jeune maman d’un naturel timide et réservé. Passer devant l’objectif n’était pas si simple. Et pourtant, s’amusant avec Amélia, elle semble m’avoir complètement oublié. C’est exactement ce que je cherche à obtenir dans mes séances. 35 mm, f/1,4, 1/640 s, 100 ISO.
© Baptiste Dulac

En tant que photographe plaçant les émotions au cœur de ses images, je n’ai pas le pouvoir de les créer. En commandant un sourire « ouistiti », je peux obtenir un sourire coincé ; en demandant un rire, 00une bouche déformée ; en demandant des larmes de joie, un air décontenancé, dubitatif et que sais-je encore… Non, décidément, les émotions ne se commandent pas ! Elles appartiennent aux gens qui acceptent ou non de les montrer. Mon rôle, parce que mon but est de saisir ces divers ressentis, va être de créer un cadre dans lequel les gens se sentent suffisamment bien pour les exprimer.

« Pour établir ce cadre, je vais recourir à différentes astuces : »

1. Avant la séance, j’envoie un questionnaire à mes modèles. Les réponses apportées seront autant d’éléments susceptibles de m’aider à créer un climat de confiance et à mener la séance.

2. Pendant la séance, je m’intéresse sincèrement et profondément à eux. Je leur pose (encore) des questions et rebondis par exemple sur des informations données via le questionnaire – ils voient ainsi que je m’intéresse sincèrement à eux et que j’ai pris soin de préparer la séance. 

Portrait Baptiste Dulac
J’avais demandé à Soizic et Loïc de se remémorer un souvenir heureux. 35 mm, f/1,4, 1/320 s, 125 ISO. © Baptiste Dulac

3. De la musique. Dans le questionnaire, je leur demande quelle(s) musique(s) ils aiment (y compris les enfants) de manière à les passer pendant la séance.

4. Shooter, shooter et shooter ! Mais vraiment beaucoup. Il m’arrive lors d’une séance de 2 heures de déclencher 1 500 fois. Parfois, on a l’impression qu’il ne s’est rien produit et quand on regarde les photos à tête reposée, on se rend compte d’un détail, d’un geste, qui vient souligner une émotion.

5. Proposer des interactions qu’ils sont tout à fait libres de refuser… Des interactions à découvrir dans la suite de l’ouvrage.

Portrait Baptiste Dulac
Nora et Cyril se sont mis à jouer… Cyril voulait porter Nora de façon romantique, sauf qu’ils n’y arrivaient pas, et ils sont partis dans un énorme fou rire. La photo fonctionne à merveille. S’ils n’avaient pas été en confiance avec moi et si j’avais été trop directif, ils ne se seraient sans doute pas amusés comme cela. Les laisser libres m’a permis d’obtenir cette image. 35 mm f/1,4,1/2 000 s, 100 ISO. © Baptiste Dulac

Article extrait de l’ouvrage « Les secrets de la photo lifestyle » de Baptiste Dulac, paru aux éditions Eyrolles